Menut  Lenga: fr
Cors de lenga
Cors de provençau : - començaires : lo promier diluns dau mes de 15 oras a 18 oras ;
- avançats : lo segond diluns dau mes
de 15 oras a 18 oras
A l'Ostau de la vida associativa.
Entre-senhas :
ieoarle@free.fr.
 

Adesion
Adesion de mandar au Ceucle occitan dau país d’Arle amé lo pagament
(chèque a l’òrdre dau Cercle occitan du pays d’Arles)
Escotisson per 2019 :
- amé l’abonament a la revista de l’IEO, "Anem ! Occitans !" :
Individuau : 30 € - Coble : 38 € -  Estudiant : 12 € - Associacion : 38 €.
- sensa l’abonament : Individuau : 15 € - Coble : 26 €
.


Vesitas

   visitaires

   visitaire en linha

Per i veire clar...
L’occitan es una lenga venguda dau latin, coma lo francés, lo catalan, l’espanhòu, l’italian, lo portugués, … S’espandís sus un trentenat de despartaments dau Miegjorn de França, mai es tanbèn parlat en Italia (Piemont) e en Espanha (Vau d’Aran) onte es reconeigut coma lenga oficiala despuèi 2010.

Coma toti li lengas, l’occitan conèis de varietats dialèctalas segon l’endrech onte es parlada. Aqueli diferéncias se tròbon lo mai sovent dins lo biais de prononciar. Cada forma d’aquela lenga, orala ò escricha, es d’occitan en plen.

Per faire simple, li dialèctes occitans son soventi-fes apelats per lo nom de sa region (gascon, lengadocian, limosin, auvernhat, provençau) mai aqueu biais de li nomar es pauc pertinènt, que li confinas di dialèctes e di regions corespòndon gaire.



OUD1.png

OUD2.png


Data de creacion :26/05/2009 : 13:28Darrièra modificacion :11/09/2016 : 18:41Estampar l'article

Ansin, lo provençau es l’occitan parlat dins la region Provènça-Aups-Còsta d’Azur, mai tanbèn dins una bèla part dau despartament de Gard, mentre que dins lis Aups de Provènça Auta se restaca au vivarò-aupenc, qu’es parlat tanbèn dins l’Ardècha e (veire la carta en dessota).

occitanie

L’occitan e lo provençau s’opauson donc en rèn.

Lo lingüista J.-C. Bouvier, ancian professor a la Facultat di Letras de s’Ais de Provènça, a escrich a prepaus d’aquò :

"Bien entendu, aucun linguiste, aucun dialectologue,  connaissant  un  tant   soit   peu  les problèmes des langues romanes, ne peut soutenir un seul instant, sur le plan scientifique, l'existence de deux langues d'oc ! L'analyse linguistique synchronique ou diachronique, l'étude des conditions historiques d'apparition et de développement, l'examen du contexte culturel général, qu'il s'agisse de la culture savante, littéraire, ou de la culture populaire... tout montre que la langue d'oc est une dans sa structure aussi bien que dans son destin. Mais cette unité se réalise, on le sait, à travers la diversité des dialectes et des sous-dialectes, qui constitue l'originalité profonde et la richesse véritable de la langue d'oc. Et le provençal n'est pas autre chose que l'un de ces dialectes: celui qui est parlé en Provence."
(Espaces du langage, Presses de l’Université de Provence, 2003, p. 13)
.

Lo professor Gerard Gonfroy, de l'Universitat de Peitius, escriguèt tanben :

"Il est évident, pour qui a voyagé en terre d'oc, que l'espace linguistique (...) ne se présente pas de façon homogène : est-il alors légitime de parler d'une langue occitane ? Si la réponse à cette question, d'un strict point de vue linguistique, ne fait pas difficulté (lorsque des dialectes présentent en commun des traits caractéristiques qui les différencient des langues voisines, ils relèvent bien d'une seule et même langue), elle heurte les habitudes mentales que l'institution scolaire française nous a forgées et qui ne nous font pas aisément admettre qu'une langue à l'état naturel - c'est-à-dire sans l'action uniformisatrice qu'entraînent les différentes structures d'un Etat - se trouve morcelée en dialectes. Révélatrice, dans le même ordre d'idées, est l'ignorance que manifeste la grammaire scolaire à l'endroit des variations sociales et régionales du français, alors pourtant qu'elles sont considérables" (La littérature occitane, revista Europe, janvier de 1985, p. 8).

BadgeIEO.jpg


Data de creacion :26/05/2009 : 17:28Darrièra modificacion :27/05/2018 : 15:16Estampar l'article

Frederic Mistral, eu tanbèn, a de lònga afortit que la lenga d’òc, dins sa diversitat dialèctala, es una soleta e mema lenga (« lenga d’òc » e « provençau » estènt per eu quasiment sinonimes). Tota son òbra es marcada per aquela evidéncia. Ne’n vaquí quauquis exèmples :

- Lou Tresor dóu Felibrige ou dictionnaire provençal-français embrassant les divers dialectes de la langue d’oc moderne »

- la dedicaça (1878) : « O pople dóu Miejour, escouto moun arengo / Se vos recounquista l’empèri de ta lengo / Pèr t’arnesca de nòu, pesco en aquéu Tresor »

- l’article « lengo » (t. 2, p. 202) : « la lengo prouvençalo, la langue provençale, la langue du midi de la France et de la Catalogne, nommée aussi lengo d’O, langue d’Oc, à cause de l’affirmation o (oc) qu’elle emploie pour « oui »

- l’article « O » (t. 2, p. 423) : « la lengo d’O, la langue d’Oc, ainsi nommée à cause de cette affirmation qui lui est particulière et qui est usitée depuis Nice jusqu’à Bordeaux »

- l’article « dialèite, dialècte » (t. 1, p. 797) : « les principaux dialectes de la langue d’Oc moderne sont : le provençal, le languedocien, le gascon, l’aquitain, le limousin, l’auvergnat et le dauphinois. Le provençal a pour sous-dialectes : le rhodanien, le marseillais, l’alpin et le niçard »

- Lis Isclo d’or :

« Aro, entre si dos mar, la lengo d’O fai flòri » (En l’ounour de Jansemin, 1870)

« Eh bèn, nàni ! despièi Aubagno / Jusqu’au Velai, jusqu’au Medò, / La gardaren riboun-ribagno / Nosto rebello lengo d’O » (Espouscado, 1888)

« Dis Aup i Pirenèu, e la man dins la man, / Troubaire, aubouren dounc lou vièi parla rouman » (I troubaire Catalan, 1861)

- Lis Óulivado :

« Nautre, en plen jour / Voulèn parla toujour / La lengo dóu Miejour » (La Respelido, 1900)

- Discours e dicho :

« d’uno marino à l’autro, de la mar verdo à la mar bluio, la lengo d’O reviscoulado renouso soun brancun sus dous cènt lègo de païs » (I Felibre biarnés, 1901).


Data de creacion :26/05/2009 : 18:55Darrièra modificacion :01/05/2010 : 18:06Estampar l'article

Li mòts Occitania, lingua occitana son apareiguts au siècle XIVen per designar dins li tèxtes latins li regions de lenga d’òc per opausicion a n’aqueli onte se parlava lo francés, la lingua gallicana.

Vèire lo trabalh de recensament de la linguista Josiana Ubaud : « Usage des mots oc, occitan, Occitanie à travers les âges » sus son site : http://josiane.ubaud.pagesperso-orange.fr/usage_des_mots.htm

"Occitan" e  "lenga d’òc" son sinonimes, mai, per la mema rason qu’es mai eisat de dire "francés" que "lenga d’oïl" , vau mielhs dire  "occitan"  puslèu que  "lenga d’òc" . Es l’apelacion la mai apropriada, aquela que balha un nom vertadier a la lenga en la prenènt dins sa totalitat, e qu’empacha en mai d’aquò la confusion ame la region de Lengadòc.

I a pas agut d’Estat occitan, mai aquò empachèt pas l’existéncia d’una lenga, d’una literatura, d’una cultura comunas. Es çò que disiá F. Mistral a prepaus de la crosada contra lis « Albigés » : « [...] cette intelligence de la nationalité se manifesta spontanément dans tous les pays de langue d'Oc, c'est-à-dire depuis les Alpes jusqu'au golfe de Gascogne et de la Loire jusqu'à l'Ebre. Ces populations, de tout temps sympathiques entre elles par une similitude de climat, d'instincts, de moeurs, de croyances, de législation et de langue, se trouvaient à cette époque prêtes à former un état de Provinces-Unies. Leur nationalité, révélée et propagée par les chants des Troubadours, avait mûri rapidement au soleil des libertés locales. [...] » (Calendau, nòta 2 dau cant 1, Ed. R. Berenguié, p. CLXVII-CLXVIII).

L’apartenéncia a n’aquel ensèmble es pas contrària nimai concurrènta ame l’identitat particulara di regions que lo compauson.


Dessin pareigut en 1981 dins la revista « Pòrta d’Oc »


Data de creacion :26/05/2009 : 19:45Darrièra modificacion :20/10/2012 : 18:16Estampar l'article

"Patés" es un mòt pejoratiu, sovènti-fes emplegat per lis autoritats a prepaus di lengas parladas en França autras que lo francés "estandard", e per i negar la qualitat de lenga normala.

En mai d'aquò, la confusion entre lenga literària e lenga parlada a congreat un sentiment prigond de devalorisacion de la part de si locutors. Es ansin que la linguista Claude Martel a constatat que « tous les patoisants que nous avons rencontrés au cours des quelques 300 enquêtes (…), du Rhône à l'Italie et de l'Isère à la Méditerranée, tous, sans exception, ont commencé par nous dire dès la première interview : "Ah mais nous, ici, on ne parle pas la même langue. La vraie langue, c'est celle de Mistral, celle du Pays d'Arles." » (La Langue des Alpilles telle qu'elle se parle et telle qu'on en parle. In Les Alpilles, encyclopédie d'une montagne provençale. Alpes de lumière, 2009). Aquesta alienacion linguistica esparnha pas li gents dau país d'Arle, onte la veneracion facha a Mistral a marcat dins lei tèstas l'idèa que soleta la varietat literària de provençau emplegada per aquel escrivan èra una lenga.

I a ges de "provençau vertadier" que s’opausariá au "patés", mai – coma dins tota lenga – un nivèu literari e un nivèu ordinari, lo segond estènt pas mens estimable que lo promier.

Data de creacion :26/05/2009 : 21:30Darrièra modificacion :20/10/2012 : 18:11Estampar l'article

Cada lenga a de règlas sièunas per èstre legida e escricha : en italian, se prononça [k] çò que se marca ch, en espanhòu la letra v se prononça [b], eca… Per legir e escriure l’occitan, fau tanbèn conèisse quauqui convencions ortograficas.

Tre la neissènça de la lenga, a l’Age Mejan, l’occitan fuguèt escrich de pertot segon de principis pariers, que siágue per li poëmas di trobadors ò per li tèxtes de l’administracion. Ne'n vaquí un exemple ame un texte de 1380, la cronica d'un Arlatenc, Bertran Boysset :

La martelliera de Meyrana
L'an MCCCIIIIXX lo jorn X de jul fon acomensada de bastir la marteliera de Mairana per G. Portal, peirier. E fes la bastir Bertran Boysset, R. Selesti e sos nebotz, J. Jenselam, G. Jordan, Sansa Jordana, Laurens Andrieu e son fraire J. Andrieu. Item, fon aquabada de bastir l'an que desus lo jorn XX del mes d'octobre. Item, costet V sens e XXVII florins e III gros e III deniers an las portas e an lo torn e an la corda que avie mestier per ausar la porta. Item, fon tesaurier d'aquela moneda e governador d'aquesta obra desus dicha Bertran Boysset. Item, rendet conte e fon quitat. E fes la carta Bernat del Puey l'an que desus lo jorn redier e novembre e la trais en forma publica
.
(Bibl. Nat., ms fr 5728)

Partènt dau siècle XVIen, l’obligacion d’emplegar lo francés coma lenga oficiala degalhèt a cha pauc l’ortografia autentica, que fuguèt remplaçada per de grafias copiadas sus aquela dau francés.

Au siècle XIXen, en seguida dau Provençau Honnorat, lis escrivans Perbòsc e Estièu, puèi lo linguïsta Loís Alibert restabliguèron lo sistèma ortografic promier, en lo modernisènt sus quauqui ponchs. Seguissián ansin la recomendacion de F. Mistral en 1874 dins una letra a l'escrivan lengadocian Aquiles Mir : « Il faut, si l'on veut exister, affirmer carrément son existence, en reprenant les traditions de notre littérature méridionale. Il faut expulser hardiment tous les gallicismes et appliquer à nos dialectes modernes le système orthographique des troubadours du XIIIe siècle » (Revue méridionale, sept. 1901, p. 123). Es la grafia emplegada a l’ora d’ara per l’IEO e sus tota l’iera occitana, en Provènça tanbèn (per exèmple per lis escrivans Robèrt Lafònt e Joan-Ives Roier, Grand prèmi literari de Provènça, lo promier en 2007, lo segond en 2010.

  Aquela nòrma, establida sus de convencions comunas per toti li dialèctes occitans, ajuda la comprenènça escricha entre eli, sensa ne’n favorisar un puslèu qu’un autre. Ansin, per respectar l’etimologia, se marca per exèmple l’-s dau plurau, l’ -r de l’infinitiu, lo –t dau participe passat, que siágon prononçats ò non dins l’usança locala.
Prononciacion per lo pais d'Arle (entre cròcs, signes de l’alfabet fonetic internacionau) : à = [a], -a finau = [ɔ], ò = [ɔ], o = [u], u = [y], au = [aw], nh = [ɲ], lh = [j].  

 



Data de creacion :26/05/2009 : 21:33Darrièra modificacion :22/01/2012 : 17:59Estampar l'article

De legir :

   -
Pierre Bec : La Langue occitane. PUF, 1995 (coll. Que sais-je ? n° 1059)
   -
dau meme autor, l’article « Occitanes (langue et littérature) » dins l’Encyclopaedia universalis.
   - CREO Provença : Gramatica provençala e atlas linguistic en color. Difusat per Edisud.
- lo numerò 10 (decembre de 2007) de la revista « Langues et cité » editada per l' « Observatoire des pratiques linguistiques » dau ministèri de la Cultura : http://www.dglf.culture.gouv.fr/Langues_et_cite/langues_cite10.pdf

  

Sites de vèire :


- l'article "occitan" de l'enciclopedia Wikipedia :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Occitan
- lo dorsier "L'occitan : une langue, une histoire, une littérature"



Data de creacion :26/05/2009 : 21:36Darrièra modificacion :03/10/2014 : 18:46Estampar l'article


« Es pas vengut a degun l'idèa de tombar cap de catedrala. Nòstra lenga es mai qu'una catedrala. Alara donc perqué son tantes que s'afanan per la desboselar... »

Joan Bodon, Lo Libre dels Grands Jorns. 

Nascut  a Crespinh (Avairon) en 1920, mòrt en Argier en 1975, Bodon es un dei grands escrivans de la literatura occitana modèrna. Robèrt Marti, ancian president de l'IEO, diguèt d'èu : "A cent legas de tot regionalisme e de tota nostalgia, nos a porgit una òbra d'una granda fòrça per dire dins la lenga nòstra l'umana condicion." (Anem ! Occitans !, mars de 2010).


 


« Peut-on sauver les langues en danger ? »

« (…) la sauvegarde des langues en danger ne doit pas être l'affaire des seuls linguistes. La mort d'une langue précède souvent celle de toute une culture, dont elle est l'expression la plus directe. Considérer que la communication entre les peuples et surtout leur degré d'intercompréhension se verraient facilités par la réduction drastique du nombre de langues parlées dans le monde est un non-sens. La diversité culturelle est essentielle aux sociétés. (…) Alors, que faire, comment sauver ces langues en danger ? En premier lieu, en luttant contre l'indifférence générale qui entoure cette agonie linguistique. Lorsque des actions vigoureuses ont été entreprises, par exemple pour sauver le maori en Nouvelle-Zélande, il y a quelques années, elles ont été couronnées de succès. Encore faut-il que des associations internationales puissantes prennent conscience du problème, comme elles sont aujourd'hui convaincues de la nécessité de lutter contre l'érosion de la biodiversité. Au même titre que celle-ci, que le changement climatique ou que la désertification, la sauvegarde des langues en danger constitue un enjeu majeur pour notre avenir. »

Alain Peyraube, L'Homme au 6000 langues, in Aux origines des langues et du langage, Fayard, 2006, p. 460-461.

A. Peyraube es lingüista, director de recerca au CNRS e director d'estudis a l'Ecole des hautes études en sciences sociales.

"Es pas ma lenga !"
Tròs d'un tèxte (adaptat en occitan provençau) de Joan de Cantalausa (1925-2006), de son nom vertadier Lois Combas. Era un grand saberut, que parlava fòrça lengas e qu’a viatjat dins bèn de país. En mai de seis escrichs personaus, a revirat en occitan mai d'un autor (Giono, Daudet, Kipling, Steinbeck...), leis Evangèlis, de bendas dessinadas d'Asterix... En 2003 pareiguèt son Diccionari general occitan (100 000 intradas).

« Es pas ma lenga ! » Ai jamai ausida aquela exclamacion dins ges de país que ne’n coneisse lo parlar. Ges d’Alemand, d’Anglés, de Portugués, ges d’Italian, d’Espanhòl, de Francés… me larguèt jamai aquela asenada en parlant d’un dialècte autre que lo sieu ; totei lei lengas an de dialèctes.

Un dialècte es un biais de parlar un pauc diferent d’un dialècte vesin : un Marselhés parla pas lo francés coma un Lionés - pense a Marius e au M. Brun de Marcèu Pagnol - ; un Tolosan parla pas nimai lo francés coma un Auvernhat, nimai un Albigés coma un Parisenc… Vendriá pas a l’idèa de ges d’aquelei de bramar que comprend pas lo francés. Aquò vòu pas dire que i ague jamai quauque tòti que se trufe dau parlar deis autres, qu’avèm que de montar a París per ne’n faire l’experiéncia…

Donc, de dialèctes n’i a dins totei lei lengas : una simpla diferéncia de mòts, d’expressions o d’intonacions. N’i a tant e mai en anglés, en alemand, en espanhòu… coma en occitan, entre doas regions diferentas, entre doas vilas mai o mens alunchadas e mai entre dos vilatges vesins.


Perqué donc ausissèm tant sovent en cò nòstre : « Es pas ma lenga ! » quand un occitan critica una expression o una intonacion de son vesin ? Per çò que, coma totei leis illetrats dau monde entièr que parlan sa lenga sensa la saupre escriure ni legir, coneissèm que lei 350 o 450 tèrmes dau paure parlar estequit de cada jorn ; òc, que 350 o 450 tèrmes dau vocabulari occitan dei 450.000 mòts (derivats comprés). 450.000 ! Tant coma en anglés e dos còps mai qu’en francés.

 Lei chifras de 350 o 450 son l’estatistica oficiala establida per totei lei lengas deis illetrats dau monde entier que parlan sa lenga sensa la saupre escriure ni mai legir. Es nòstre cas, qu’aprengueriam pas l’occitan a l’escòla que nos enebissiá, a còps de punicions e de messòrgas, de contuniar a parlar nòstra lenga mairala-miracla, la primièra lenga europènca après lo latin.

Es per aquela rason que, cada còp qu’un mòt occitan, o una expression, o una intonacion… revèrtan pas exactament nòstre biais de parlar, lo vergonhable « Es pas ma lenga !» nos escapa.

Nos fau arestar de parlar ansin, que tot çò qu’es occitan es nòstre, que siegue de provençau, de gascon, de lemosin, d’auvernhat... o de lengadocian. De mai, nos fau comprene que lei 350 mòts deis obriers son pas lei 350 mòts d’un païsan, que lei 350 mòts de la montanha son pas lei 350 mòts de la mar...

Se volèm sauvar nòstra lenga, nòstra personalitat, nòstra riquesa, nòstre avenidor (dise pas nòstre passat, que lo passat es lo passat… e que fau pas agachar en arrier !) e se volèm èstre quauqu’un e pesar sus lo futur, nos fau arestar de dire que la lenga de nòstrei vesins es pas nòstra lenga ! Lei 450 000 mòts occitans son lo patrimòni comun de totei leis Occitans, de Culan a la Val d’Aran, de Niça a Bordèu ... sensa oblidar nòstra bessona Catalonha : 25 milions d’estatjants que, a la diferéncia dei 380 000 Maltés, an ges d’estatut lingüistic en Euròpa. Contuniar de nos cercar bregas e garrolha seriá signar nòstra mòrt.

Cantalausa. 





^ Daut ^